• Accueil
  • Plan du site
  • Nous contacter
  • Rechercher
  • A-
  • A
  • A+
Mairie de DOULLENS

Tourisme/Monuments historiques/La salle du Commandement Unique

La salle du Commandement Unique

Une salle classée monument historique


La salle du Commandement Unique située au 1er étage de l'hôtel de ville où eut lieu la réunion entre les représentants des gouvernements français et britanniques et les chefs des armées de ces deux Nations qui confièrent au Général Foch, le commandement de toutes les troupes qui combattaient les allemands.

Chaque année Doullens, fidèle au souvenir, commémore cet évènement en Mars.
On y remarque le vitrail aux vives couleurs de Pierre et Gérard Ansart, exécuté par Jean Gaudin, deux toiles de Lucien Jonas, un peintre "militaire", les bustes de Lord Milner et de Clémenceau.

Le premier buste a été réalisé par le sculpteur Sicard. A ce niveau de l'hôtel de ville, à côté de la salle du Cdt unique, se trouvent la salle de réunion du Conseil Municipal, la salle des mariages dont l'un des murs porte le tableau du peintre Monchablon qui a représenté Bonaparte 1er Consul et le Pape PIE VII signant le Concordat, le 16 juillet 1801.


A historical monument

The room Sole Command is located on the 1st floor of City Hall, where the meeting took place between representatives of the French and British governments and the leaders of the armies of the two Nations entrusted to General Foch, the commander of all troops fighting the Germans.

Each year Doullens, faithful to the memory, commemorates this event in March. We notice the brightly colored stained glass and Gerard Pierre Ansart executed by Jean Gaudin, two paintings by Lucien Jonas, a "military" painter, busts of Lord Milner and Clemenceau.

The first bust was sculpted by Sicard. At this level of City Hall, next to the room of the single Pk, are the meeting room of the Municipal Council, the marriage room with one wall bears the painting by Monchablon who represented Bonaparte first Consul and Pope VII PIE signing the Concordat, July 16, 1801.

Pourquoi le Commandement Unique à Doullens ?


Le Maréchal Hindenbourg et son adjoint, le Général  Ludendorf, voulaient obtenir la victoire de leurs troupes sur les fronts français et anglais avant le mois de juin 1918, car à partir de cette date, l'arrivée massive de troupes américaines en Europe aurait créé un rapport de forces favorable aux troupes alliées. Près de 200 divisions allemandes d'infanterie, appuyées par 500 batteries lourdes sont concentrées sur les fronts de l'Ouest pour y lancer la grande offensive dans la région de St Quentin, à la charnière des troupes françaises et anglaises. Après 48 heures de combat, la percée est obtenue et la brèche s'élargit entre les deux armées.

Le commandant en chef des forces françaises, le Général Pétain, souhaite en priorité couvrir Paris, alors que Douglas Haig , le commandant en chef des troupes britanniques, se préoccupe surtout de conserver ses possibilités de retraite vers les portes de la Manche et de la Mer du Nord. Les deux commandants risquent ainsi de ruiner les chances des armées alliées.
C'est la raison pour laquelle, le 26 mars 1918, la Conférence de Doullens aboutit à la désignation du Général Foch "comme coordinateur des armées alliées" pour éviter une défaite capitale, les gouvernements alliés se sont résignés à admettre le principe du "commandement unique", alors que, jusqu'alors, ils s'y étaient opposés.

Par ailleurs, comme ce 21 mars 1918, le Maréchal Douglas Haig avait prévu, dans notre ville, avec ses propres généraux, une réunion de travail, et comme la situation militaire était telle qu'il ne fallait pas perdre de temps, le choix de Doullens s'est imposé alors que la petite cité de Dury, près d'Amiens, avait été proposée comme lieu de la conférence, par les autorités françaises.


Why Doullens ?

Marshal Hindenburg and his deputy, General Ludendorff, wanted to get the win of their troops on the French fronts and English before June 1918, as from that date, the influx of American troops in Europe would have created a balance of power favorable to the Allied troops. Nearly 200 German infantry divisions, supported by heavy batteries 500 are concentrated at the front of the west to launch major offensive in the region of St. Quentin, at the junction of French and British troops. After 48 hours of fighting, the breakthrough is achieved and the gap is widening between the two armies.

The commander of the French forces, General Petain, wants primarily cover Paris, while Douglas Haig, the commander of the British troops, was primarily concerned to preserve its ability to retreat to the gates of the English Channel and the Sea North. The two commanders and can ruin the chances of the Allied armies.
That is why, 26 March 1918, the Conference of Doullens results in the appointment of General Foch "as coordinator of the Allied armies" to avoid a capital loss, the Allied governments are resigned to accept the principle of "The sole command", while hitherto they were opposed.

Moreover, as this March 21, 1918, Marshal Douglas Haig had planned in our city, with its own generals, a working meeting, and as the military situation was such that we should not waste time, the choice of Doullens has established itself as a small village of Dury, near Amiens, had been proposed as a conference venue by the French authorities.